Accueil‎ > ‎Presse‎ > ‎Actualités‎ > ‎

Conclusion du séminaire du Salon de l’Air et de l’Espace (FIDAE 2016)

publicado a la‎(s)‎ 22 abr. 2016 7:16 por Jose Patricio Lay Lagos
Au cours de ce séminaire, nous avons pu avoir un aperçu du comportement et des caractéristiques du phénomène aérien anormal à travers la voix de témoins qualifiés. Ils sont la preuve vivante attestant de la réalité du phénomène aérien non identifié. Celui-ci s’avère être beaucoup plus commun qu’on pourrait le penser et, dans certains cas, il risquerait d’affecter le bon déroulement des vols.

Depuis quelques années, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a renforcé ses actions visant la prévention des facteurs de risque susceptibles de mettre en péril la sécurité des opérations aériennes. Les instructions sur les facteurs humains fournies au personnel aéronautique mettent l’accent sur la gestion des instruments de navigation. Assurer le bon déroulement d’un vol pour les professionnels dans la cabine de pilotage implique une atmosphère de tranquillité et de calme, libre de toute distraction superflue qui pourrait entraîner une erreur opérationnelle aux conséquences imprévisibles. Le CEFAA s’inscrit dans cette même perspective. Mais, ce phénomène s’est également manifesté ailleurs ; ce qui, d’une certaine manière, nous incite à partager et recevoir des informations afin d’augmenter notre base de données et tenter de mieux caractériser le phénomène.

Durant ces deux jours de partage d’informations avec des pilotes distingués, des professionnels et des témoins qualifiés, nous avons pu tracer les conclusions suivantes :

  1. Le phénomène aérien anormal, connu comme objet volant non identifié (OVNI) est réel et s’est manifesté dans notre espace aérien et dans celui d’autres pays comme nous l’avons constaté grâce à nos invités et à notre propre expérience.
  2. Il est essentiel de poursuivre l’analyse du phénomène selon une perspective scientifique dans le but d’obtenir des réponses qui nous permettent d’indiquer les procédures adéquates à l’équipage en cas de rencontre avec un phénomène.
  3. Il apparaît nécessaire de créer un organisme international (comme la OACI) pour recueillir et analyser les informations obtenues par les états membres.
  4. Nous devons trouver le moyen d’encourager les rapports et déclarations d’observation sur ce type de phénomènes par le personnel navigant et le grand public.

Je voudrais remercier les autorités présentes à ce séminaire, les professionnels qui ont démontré leur intérêt et tout le public en général. Votre présence à cet évènement nous encourage à poursuivre la recherche afin d’offrir des réponses plus claires aux questions auxquelles nous sommes confrontées concernant le phénomène aérien anormal. 

Un grand merci à tous.

 

Comments